Prix littéraires

L’Académie décerne des prix littéraires depuis 1983 pour le roman, 1988 pour l’essai et la poésie, et 2017 pour le théâtre. Chaque année, elle forme quatre jurys composés chacun de trois de ses membres. L’appel de candidatures auprès des éditeurs se fait généralement en janvier. La proclamation des lauréats a lieu lors d’une cérémonie à l’automne. Une bourse de 1500$ est offerte au récipiendaire.

Prix Ringuet

Le prix Ringuet (autrefois le prix Molson) est décerné chaque année à un auteur pour un roman, un récit ou un recueil de nouvelles qui est jugé de très grande qualité par un jury formé de trois membres de l’Académie.

La lauréate du prix Ringuet 2020 est Élise Turcotte pour son roman L’apparition du chevreuil paru chez Alto. Les autres finalistes étaient Patrick Nicol pour Les manifestations paru au Quartanier et Marie-Eve Thuot pour La trajectoire des confettis paru chez Les Herbes rouges.

Lauréats des années précédentes

Prix Molson

1983 – Jacques Folch-Ribas, Le Valet de plume, Acropole

1984 – Madeleine Ouellette-Michalska, La Maison Trestler, Québec Amérique

1985 – Pauline Harvey, Encore une partie pour Berri, La pleine Lune

1986 – Daniel Gagnon, La Fille à marier, Leméac

1987 – Sylvain Trudel, Le Souffle de l’harmattan, Les Allusifs

1988 – Francine D’Amour, Les Dimanches sont mortels, Boréal

1989 – Jean Marcel, Hypathie ou la Fin des dieux, Leméac

1990 – Jacques Poulin, Le Vieux chagrin, Leméac

1991 – Robert Baillie, La Nuit de la Saint-Basile, Libre expression

1992 – Paul Bussières, Mais qui va donc consoler Mingo?, Robert Laffont

1993 – Jacques Desautels, Le Quatrième roi mage, Quinze

1994 – Sergio Kokis, Le Pavillon des miroirs, XYZ

Prix Ringuet

1997 – Louise Dupré, La Memoria, XYZ

1998 – Pierre Ouellet, La légende dorée, L’instant même

1999 – Gaétan Soucy, La petite fille qui aimait trop les allumettes, Boréal

2000 – Christiane Duchesne, L’homme des silences, Boréal

2001 – Aki Shimazaki, Hamaguri, Leméac

2002 – Guillaume Vigneault, Chercher le vent, Boréal

2003 – Rober Racine, L’ombre de la terre, Boréal

2004 – Gilles Jobidon,  La route des petits matins, VLB

2005 – Pierre Yergeau, Les amours perdues, L’Instant même

2006 – Martine Desjardins, L’évocation, Alto

2007 – Andrée A. Michaud, Mirror Lake, Québec Amérique

2008 – Hélène Rioux, Mercredi Soir au Bout du Monde, XYZ

2009 – Martin Robitaille, Les déliaisons, Québec Amérique

2010 – Alexandre Lazaridès, Adieu, vert paradis, VLB

2011 – Louis Hamelin, La Constellation du lynx, Boréal

2012 – Jocelyne Saucier, Il pleuvait des oiseaux, XYZ

2013 – Jean Bédard, Marguerite Porète, VLB

2014 – Yvon Paré, Le voyage d’Ulysse, XYZ

2015 – Michaël La Chance, Épisodies, La Peuplade

2016 – Gabriel Marcoux-Chabot, Tas-droches, Druide

2017 – Christian Guay-Poliquin, Le Poids de la neige, La Peuplade

2018 – Stéfanie Clermont, Le jeu de la musique, Le Quartanier

2019 – Kevin Lambert, Querelle de Roberval, Héliotrope

2020 – Élise Turcotte, L’apparition du chevreuil, Alto

 

Prix Victor-Barbeau

Le prix Victor-Barbeau est décerné chaque année à un auteur pour un essai qui est jugé de très grande qualité par un jury formé de trois membres de l’Académie.

Le lauréat du prix Victor-Barbeau 2020 est Stanley Péan pour De préférence la nuit paru chez les Éditions du Boréal. Les autres finalistes étaient David Bélanger et Thomas Cartier-Lafleur pour Il s’est écarté. Enquête sur la mort de François Paradis paru chez Nota Bene et Fanny Britt pour Les retranchées. Échecs et ravissement de la vie de famille en milieu de course paru chez Atelier 10.

Lauréats des années précédentes

1998 – Heinz Weinmann, Du Canada au Québec, L’Hexagone

1989 – Pierre Nepveu, L’Écologie du réel, Boréal

1990 – Ginette Michaud, Lire le fragment. Transfert et théorie de la lecture chez Roland Barthes, HMH

1991 – Bruce G. Trigger, A History of Archaeological Thought, Cambridge University Press

1992 – Jean Larose, L’Amour du pauvre, Boréal

1993 – Colette Beauchamp, Judith Jasmin, de feu et de flamme, Boréal

1994 – Francine Couture, Les Arts visuels au Québec dans les années soixante, VLB

1995 – Daniel Castillo Durante, Du stéréotype à la littérature, XYZ

1996 – Pierre Perrault, L’Oumigmatique ou l’Objectif documentaire, L’Hexagone

1997 – Gilles Lapointe, L’Envol des signes. Borduas et ses lettres, Fides

1998 – Marcel Olscamp, Le Fils du notaire : Jacques Ferron, 1921-1949, genèse intellectuelle d’un écrivain, Fides

1999 – Daniel Jacques, Nationalité et Modernité, Boréal

2000 – Jean Marcel, Fractions 2. L’Hexagone

2001 – Pierre Vadeboncœur, L’Humanité improvisée, Bellarmin

2002 – René Lapierre, L’Entretien du désespoir, Les Herbes rouges

2003 – Robert Melançon, Exercices de désœuvrement, Le Noroît

2003 – Michel van Schendel, Un temps éventuel, L’Hexagone

2004 – François Paré, La Distance habitée, Le Nordir

2005 – Paul Chamberland, Une politique de la douleur, VLB

2006 – Catherine Mavrikakis, Condamner à mort. Le Meurtre et la Loi à l’écran, Presses de l’Université de Montréal

2007 – Charlotte Melançon, La Prison magique, Le Noroît

2008 – Roland Bourneuf, Pierres de touche, Nuit blanche

2009 – Jacques Beaudry, La Fatigue d’être. Saint-Denys Garneau, Claude Gauvreau, Hubert Aquin, Hurtubise HMH

2010 – Charles Le Blanc, Le Complexe d’Hermès – Regards philosophiques sur la traduction, Les Presses de l’Université d’Ottawa

2011 – Michel Biron, La Conscience du désert, Boréal

2012 – Louise Vigneault, Espaces artistiques et modèles pionniers. Tom Thompson et Jean-Paul Riopelle, Hurtubise

2013 – Jacques Brault, Chemins perdus, chemins trouvés, Boréal

2014 – Yvette Francoli, Le Naufragé du vaisseau d’or, Del Busso

2015 – Michel Lemay, Vortex : La vérité dans le tourbillon de l’information, Québec Amérique

2016 – Isabelle Daunais, Le Roman sans aventure, Boréal

2017 – Robert Lévesque, Vies livresques, Boréal

2018 – Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque, Le Peuple rieur, Lux

2019 – Vincent Lambert, L’Âge de l’irréalité : Solitude et Empaysagement au Canada français 1860-1930, Nota bene

2020 – Stanley Péan, De préférence la nuit, Boréal

Prix Alain-Grandbois

Le prix Alain-Grandbois est décerné chaque année à un auteur pour un recueil de poésie qui est jugé de très grande qualité par un jury formé de trois membres de l’Académie.

Le lauréat du prix Alain-Grandbois 2020 est Jean-Marc Desgent pour Misère et dialogue des bêtes paru chez Poètes de brousse. Les autres finalistes étaient Isabelle Dumais pour Les grandes fatigues paru au Noroît et Annie Lafleur pour Ciguë paru au Quartanier.

Lauréats des années précédentes

1988 – Pierre Morency , Effets personnels, L’Hexagone

1989 – Jean Royer , Poèmes d’amour, L’Hexagone

1990  Juan Garcia , Corps de gloire,  L’Hexagone

1991  Jacques Brault , Il n’y a plus de chemin, Le Noroît

1992  Monique Bosco , Miserere, Trois

1993 – Anne Hébert , Le Jour n’a d’égal que la nuit, Boréal

1994  Gilbert Langevin , Le Cercle ouvert, L’Hexagone

1995  Rachel Leclerc , Rabatteurs d’étoiles, Le Noroît

1996  Hélène Dorion , Sans bord, sans bout du monde, La Différence

1997 – Claude Beausoleil , Grand hôtel des étrangers, Écrits des forges

1998 – Paul Chanel Malenfant , Fleuves, Le Noroît

1999  Hugues Corriveau , Le Livre du frère, Le Noroît

2000  Normand de Bellefeuille , La Marche de l’aveugle sans son chien, Écrits des forges

2001  Martine Audet , Les tables, L’Hexagone

2002  Michel Beaulieu , Trivialités, Le Noroît

2003  Danielle Fournier , Poèmes perdus en Hongrie, VLB

2004  Jean-Philippe Bergeron , Visages de l’affolement, Poètes de brousse

2005  Robert Melançon , Le Paradis des apparences, Le Noroît

2006  Fernand Ouellette , L’Inoubliable, L’Hexagone

2007  François Charron , Ce qui nous abandonne, Les Herbes rouges

2008  Nathalie Stephens , … s’arrête? Je, L’Hexagone

2009  Monique Deland , Miniatures, balles perdues et autres désordres, Le Noroît

2010  Paul Bélanger , Répit, Le Noroît

2011  Carole David , Manuel de poétique à l’intention des jeunes filles, Les Herbes rouges

2012  Antoine Boisclair , Le bruissement des possibles, Le Noroît

2013  René Lapierre , Pour les désespérés seulement, Les Herbes rouges

2014  Michaël Trahan , Nœud coulant, Le Quartanier

2015  André Roy , La très grande solitude de l’écrivain pragois Franz Kafka, Les Herbes rouges

2016  Rosalie Lessard , L’observatoire, Le Noroît

2017  Marie-Célie Agnant , Femmes des terres brûlées, Pleine lune

2018  Catherine Lalonde , La dévoration des fées, Le Quartanier

2019 – Catherine Harton , Les ordres de la nuit, Poètes de brousse

2020 – Jean-Marc Desgent, Misère et dialogue des bêtes, Poètes de brousse

Prix Marcel-Dubé

Le prix Marcel-Dubé est décerné depuis 2017 à un auteur pour un texte de théâtre qui est jugé de très grande qualité par un jury formé de trois membres.

Les lauréates du prix Marcel-Dubé 2020 sont Suzie Bastien pour Sucré seize (Huit filles) paru chez Lansman et Evelyne de la Chenelière pour La vie utile, précédé de Errance et tremblements paru chez Les Herbes rouges. Les autres finalistes étaient Dany Boudreault, Sophie Cadieux et Maxime Carbonneau pour La femme la plus dangereuse du Québec, d’après Josée Yvon paru chez Les Herbes rouges.

Lauréats des années précédentes

2017 – Jean-François Guilbault et Andréanne Joubert, Noyades, Lansman

2018 – Steve Gagnon, Os – La montagne blanche, L’instant même

2019 – Rachel Graton, La nuit du 4 au 5, Dramaturges Éditeurs. 

2020 – Suzie Bastien, Sucré seize (Huit filles), Lansman et Evelyne de la Chenelière, La vie utile, précédé de Errance et tremblements, Les Herbes rouges. 

S’inscrire

Règlement

Formulaire d’inscription