Rina Lasnier

Bibliographie sélective
  • Féerie indienne (théâtre), Saint-Jean, Éditions du Richelieu, 1939.
  • Images et proses (poésie), Saint-Jean, Éditions du Richelieu, 1941.
  • Le chant de la montée (poésie), Beauchemin, 1947.
  • Présence de l’absence (poésie), Montréal, l’Hexagone, 1956.
  • Mémoire sans jours (poésie), Montréal, Éditions de l’Atelier, 1960.
  • Miroirs : Proses, Montréal, Éditions de l’Atelier, 1960.
  • Les gisants suivi de Quatrains quotidiens (poésie), Montréal, Éditions de l’Atelier, 1963.
  • L’arbre blanc (poésie), Montréal, l’Hexagone, 1966.
  • La part du feu (anthologie), Montréal, Éditions du Songe, 1970.
  • Poèmes (rétrospective), 2 vol., Montréal, Fides, 1972.
  • Le rêve du quart jour (essai), Saint-Jean, Éditions du Richelieu, 1973.
  • L’échelle des anges (essai), Montréal, Fides, 1975.
  • Chant perdu (poésie), Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1983.
  • L’ombre jetée (poésie), 2 vol., Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1987 et 1988.

Rina Lasnier est née à Saint-Grégoire-d’Iberville en 1915. Elle a fait ses études au collège Marguerite-Bourgeoys, au Palace Gate (Exeter, Angleterre) et à l’Université de Montréal. Diplômée en littérature française en 1931, en littérature anglaise en 1932 et en bibliothéconomie en 1940, elle est devenue journaliste à l’hebdomadaire Le Richelieu, où elle a dirigé une section pendant sept ans. Elle a collaboré, entre autres périodiques, aux Carnets viatoriens, fondés par Gustave Lamarche. Élaborant une œuvre au lyrisme spirituel, elle fait partie, avec Hector de Saint-Denys Garneau et Alain Grandbois, de la génération-phare des « grands aînés » de la poésie québécoise. Elle a signé plus de trente titres, dont des pièces de théâtre, des biographies, des essais et des contes. Membre fondatrice de l’Académie canadienne-française et du Conseil des arts de la province de Québec, elle a également été membre de la Société royale du Canada et membre d’honneur de l’Union des écrivains québécois.

Pour la qualité de son œuvre et son implication culturelle, elle a reçu des distinctions prestigieuses tout au long de sa carrière. On lui a décerné le prix David en 1943 et en 1974. Elle a reçu le prix Duvernay en 1957, le prix Mgr-Camille-Roy en 1964, le prix Molson en 1971, le prix A.-J.-Smith de l’Université du Michigan en 1972, la médaille Lorne-Pierce de la Société royale du Canada en 1974, le prix France-Canada 1973-1974 et le prix Edgar-Poe en 1979. En 1977, l’Université de Montréal et l’Institut Gracian lui ont décerné un doctorat. L’année suivante, elle a reçu la médaille commémorative de la Reine. Rina Lasnier est décédée en 1997 à Saint-Jean-sur-Richelieu.