Le Devoir de littérature

« Une fois par mois, Le Devoir de littérature, sous la plume d’écrivains et d’écrivaines du Québec, propose de revisiter à la lumière de l’actualité des œuvres du passé ancien et récent de la littérature québécoise. Découvertes? Relectures? Au choix. »

Une initiative de l’Académie des lettres du Québec en collaboration avec Le Devoir.

26 novembre 2022 – Yves Thériault et «Aaron», ou reconnaître l’Autre.

« C’est à un véritable exercice de compréhension que nous convie le roman de Thériault, et sa lecture demeure, aujourd’hui encore, alors que les communautés devraient s‘efforcer de se comprendre mutuellement, puisque nous vivons côte à côte, dans un même espace … »

– Télécharger le texte en PDF

Paul Bélanger

29 octobre 2022 – «Maria Chapdelaine», ou les trois romans de Louis Hémon.

« On sait l’immense succès que Maria Chapdelaine a connu au Québec, en particulier au cours du demi-siècle qui a suivi sa parution. Qu’est-ce que les lecteurs de cette époque y ont donc trouvé ? Pourquoi cette étroite identification à ce roman du terroir dont l’auteur n’était même pas « l’un des nôtres » ? Et surtout, pourquoi ce succès auprès de publics très divers au Québec et en Europe ? … »

– Télécharger le texte en PDF

Gérard Bouchard

1 octobre 2022 – Simone Routier, poète et femme libre des années vingt.

« Avant-gardiste, Simone Routier a connu un destin hors du commun et reste aujourd’hui encore une figure littéraire d’exception. Malgré des traits surannés, sa poésie aux accents fortement autobiographiques annonce l’écriture de l’intime que pratiqueront les femmes à partir des années 1980. … »

– Télécharger le texte en PDF

Louise Dupré

3 septembre 2022 – Marie Guyart, la folie d’écrire.

« Qui est cette femme dont tous les Québécois connaissent le nom mais plus rarement l’extraordinaire parcours de vie ? Sait-on qu’elle est non seulement une fervente mystique, mais aussi une grande écrivaine qu’a admirée Bossuet, dont l’histoire littéraire reconnaît désormais la stature et que des féministes contemporaines situent dans la fascinante évolution de l’écriture intime ou même de l’autofiction au féminin, comme le suggère avec audace le titre d’un essai de Patricia Smart : De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan. Se dire, se faire par l’écriture intime ? … »

– Télécharger le texte en PDF

Pierre Nepveu

6 août 2022 – Luc de La Corne Saint-Luc, d’un naufrage à l’autre.

« Syrie, Afghanistan, Ukraine : les migrations de populations frappées par la guerre ont de tout temps marqué l’histoire. Bien qu’affectant cruellement les populations bombardées, ces catastrophes marquent leur imaginaire et confortent leur identitaire collectif face à l’ennemi. C’est aussi ce qui s’est produit, mutadis mutandis, lors des guerres incessantes qui ont reconfiguré l’Amérique du Nord… »

– Télécharger le texte en PDF

Bernard Andrès

9 juillet 2022 – Octave Crémazie, un poète canadien-français à Paris sous les bombes.

« La littérature québécoise n’en est plus de nos jours à poser la question de son existence. Plutôt celle de son statut et de sa diffusion à l’étranger. Or, dès le milieu du dix-neuvième siècle, il s’est trouvé un poète, Octave Crémazie, pour œuvrer, avec des amis lettrés de l’Institut canadien de Québec, à l’émergence d’une littérature du cru, en créant des revues, et des cercles propices à la vie de l’esprit… »

– Télécharger le texte en PDF

Marie-Andrée Lamontagne