Gérard Bouchard

GÉRARD BOUCHARD

Né à Jonquière en 1943, Gérard Bouchard vit à Chicoutimi. Après avoir obtenu un Baccalauréat en Arts du Collège de Jonquière, un Baccalauréat en sociologie et une Maîtrise en sociologie de l’Université Laval, il complète, en 1971, un Doctorat de 3e cycle en histoire à l’Université de Paris (Nanterre). De 1971 à 2017, il a été professeur d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et il est depuis 2017 professeur émérite tout en continuant ses travaux.

Auteur, co-auteur ou co-directeur de 43 ouvrages et de 331 articles dans des revues scientifiques, Gérard Bouchard a prononcé près de 800 conférences et communications scientifiques au Québec, au Canada et à l’étranger.

BIOGRAPHIE COMPLÈTE

Dans le domaine de la recherche, Gérard Bouchard a dirigé jusqu’en 1998 l’Institut interuniversitaire de recherches sur les populations, qu’il a fondé en 1972. Il est également fondateur du Projet BALSAC qu’il a dirigé depuis sa mise sur pied en 1971 jusqu’en juin 2010. Ce projet a pour but de constituer et d’exploiter, pour toutes les régions du Québec et pour la période allant des débuts du peuplement jusqu’aux décennies récentes, un registre ou fichier de population informatisé, à caractère universel, fondé sur un système original de jumelage automatique de données nominatives. Le registre, toujours en expansion, est utilisé dans le cadre de nombreux projets de recherche en science sociale, en histoire, en démographie et en génétique.

Gérard Bouchard travaille également depuis plusieurs années sur l’histoire comparée des cultures fondatrices et collectivités neuves. Son champ de recherche s’étend à l’analyse générale des imaginaires collectifs et des mythes dans le cadre d’une Chaire de recherche du Canada dont il a été le titulaire de 2003 à 2017. L’objectif principal est d’étudier l’évolution des fondements symboliques des sociétés et de reconstituer les structures de la pensée (en tant qu’alliage de raison et de mythe) tout en tenant compte des grandes coordonnées sociales qui leur sont associées en aval comme en amont. Son dernier livre (Les nations savent-elles encore rêver?) porte sur les mythes nationaux. Il a été membre de l’Institut canadien de recherches avancées de 2002 à 2020 et a été admis en 2002 à l’ordre de la Légion d’honneur de la France.

BIBLIOGRAPHIE
  • Les nations savent-elles encore rêver? Les mythes nationaux à l’ère de la mondialisation, Montréal, Éditions du Boréal, 440p., 2019.
  • L’Europe en quête d’Européens. Pour un nouveau rapport entre Bruxelles et les nations, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 228p., 2017.
  • Raison et déraison du mythe. Au cœur des imaginaires collectifs, Montréal, Boréal, 234p., 2014.
  • National Myths : Constructed Pasts, Contested Presents, New York, Routledge, 306p., 2013.
  • L’interculturalisme. Un point de vue québécois, Montréal, Boréal, 286p., 2012.
  • Uashat (roman), Montréal, Boréal, 2009.
  • Fonder l’avenir : Le temps de la conciliation, avec Charles Taylor, Rapport de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, Gouvernement du Québec, 2008.
  • Mythes et sociétés des Amériques, ouvrage collectif dirigé en collaboration avec Bernard Andrès, Montréal, Québec Amérique, 2007.
  • La culture québécoise est-elle en crise?, avec Alain Roy, Montréal, Boréal, 2007.