Martine Audet

MARTINE AUDET

Née à Montréal en 1961, Martine Audet a publié, depuis 1996, une douzaine de livres de poèmes et deux albums pour enfants. 

Invitée d’honneur au Marché de la poésie de Paris en 2018, elle a participé à différents événements littéraires (Biennale internationale des poètes en Val-de-Marne, VERSschmuggel/reVERSible du Festival de poésie de Berlin, Festival de poésie de Palma, etc.) ou artistiques (Têtes, Épreuve de distance, Anagramme d’une chaise, etc.).

Finaliste à de nombreux prix dont le Grand prix du livre de la Ville de Montréal, elle a reçu les prix Alphonse-Piché, Estuaire, Alain-Grandbois, ainsi que le Grand prix Québecor (ex-aequo) du Festival inetrnational de la poésie de Trois-Rivières et le prix de poésie du Gouverneur général.

Certains de ses poèmes ont été traduits en allemand, anglais, catalan, espagnol, italien, tchèque. Elle a été membre du comité de rédaction de la revue Estuaire de 2008 à 2014 et organise, depuis 2013, les lectures Deux poètes et un.e absent.e avec Saskia Deluy.

Elle a été reçue à l’Académie des lettres du Québec en 2015.

BIBLIOGRAPHIE

» Recueils de poèmes

  • La société des cendres suivi de Des lames entières, Montréal, éd. du Noroît, 2019.
  • Ma tête est forte de celle qui danse, Montréal, éd. du Noroît, 2016. Avec des dessins d’Élise Palardy.
  • Tête première dos contre dos, Montréal, éd. du Noroît, 2014.
  • Des voix stridentes ou rompues, Montréal, éd. du Noroît, 2013.
  • Le ciel n’est qu’un détour à brûler. Les grands cimetières I, Montréal, coll. L’appel des mots, éd. l’Hexagone, 2010, avec des photographies de l’auteure.
  • Je demande pardon à l’espèce qui brille. Les grands cimetières II, Montréal, coll. L’appel des mots, éd. l’Hexagone, 2010.
  • L’amour des objets, Montréal, coll. L’appel des mots, éd. l’Hexagone, 2009.
  • Les Manivelles, Montréal, coll. L’appel des mots, éd. de l’Hexagone, 2006.
  • Personne ne sait que je t’aime, Montréal, éd. Planète rebelle, (coll. Hôtel central), livre-cd en collaboration avec le poète José Acquelin et le compositeur Michel F. Coté, 2006.
  • Les Mélancolies, Montréal, coll. L’appel des mots, éd. de l’Hexagone. 2003, ré-édition 2017.
  • Les Tables, Montréal, éd. de l’Hexagone, 2001. Tirage de 500 exemplaires dont 100 ornés de reproductions de peintures de l’auteure.
  • Orbites, Montréal, éd. du Noroît, 2000, ré-édition 2010.
  • Doublures, Montréal, éd. du Noroît, 1998.
  • Les Murs clairs, Montréal, éd. du Noroît, coll. Initiale, l996.

» Livres d’artistes

  • Ce qui résiste, Dessins de Louis-Pierre Bougie photolithographiés par Carlos Calado, conception graphique et impression typographique de Martin Dufour, Montréal, 2021.
  • Rêve sur rêve, coll. fibre.s, éd. La tête à l’envers, Crux-la-ville, France, 2020. Avec deux dessins d’Alexandre Hollan.
  • Déjouer, Montréal, 2013, éd. Roselin, 2013. Conception et reliure Jacques Fournier. Œuvres de Marie-Claude Bouthillier. Poèmes de Martine Audet, Louise Cotnoir, Denise Desautels, Louise Dupré, Diane Régimbald et Élise Turcotte.
  • Des lames entières, Montréal, éd. du Braquet, 2011. Avec des gravures de François-Xavier Marange.

» Jeunesse

  • Dans mon livre de cœur, Montréal, éd. La courte échelle, 2014, illustrations de Katty Maurey.
  • Xavier-la-lune, Montréal, éd. Dominique et cie., 2010, illustrations de Luc Melanson.
  • L’oiseau, le Vieux-Port et le charpentier, Montréal, é. de l’Hexagone, 2006. Poèmes de Michel van Schendel, illustrations de Martine Audet.
  • Que ferais-je du jour, Montréal, coll. Poésie, éd. La courte échelle, 2003 (Lithographies de Daniel Sylvestre), 39 pages. Réédition sous le tire Poésie volume 2, 2011 avec les recueil de L.Dupré, H.Chiasson et É. Turcotte.

» Traductions

  • El meu capès fort allà on l’altra dansa, Barcelone, éd. Jardins de Samarcanda, 2020. Traduction d’Antoni Clapés.
  • The Vagabond Body : Selected poems, Victoria, éd. Ekstasis, 2014. Traduction d’Antonio D’Alfonso.
  • El amor de los objetos, New York, éd. Pen Press, 2010. Traduction de Mercedes Roffé.
  • Martin on the moon, Ontario (Canada). Owl Kids, 2011. Traduction de Sarah Quinn.